mardi 28 mai 2013

visiter berlin, week end berlin, tourisme berlin, berlin est, voyage berlin guide berlin










Ça sonne très touristique.
Je vais pourtant essayer de l'être le moins possible.
Tout le monde connaît les principales têtes d'affiche.
La porte de Brandebourg, le mémorial juif, le mur de Berlin ...
Je ne m'attarderai pas sur l'histoire de ces "must see".
Des dizaines de guides vous l'expliqueront mieux que moi.
Autant aborder ce qui n'est pas dans le bouquin.
Voici donc les incontournables, agrémentés de quelques détours insolites qui pimenteront un peu la visite classique.

Commençons par le plus connu, visité, discuté.
Le mur de Berlin, et plus précisément la East Side Gallery.
Vestige du rideau de fer long d'1,2Km.
Mais aussi terrain d'expression de dizaines d'artistes venu imprimer leur ressenti.
Amputé il y a quelques semaines pour construire des hôtels de luxe.
Comptez une grosse demi-heure pour longer ce pan.
Sachant que, comme dans un musée où la curiosité est intacte dans les premières minutes, où chaque oeuvre est finement observée, on presse toujours un peu plus le pas vers la fin.
Au bout, ne vous arrêtez pas en si bon chemin, continuez tout droit.
Après un rat finement dessiné, pénétrez dans le Yaam, sur votre gauche.
Vous débarquez dans un grand squat jamaïquain, menacé de destruction depuis plusieurs mois pour les mêmes raisons que son voisin le mur.
Soccer, volley, basket, les terrains de jeu sont variés.
Au bord de la Spree, hamacs, transats et grands bancs sont étalés sur une plage aménagée.
Une sono diffuse un reggae qui colle parfaitement à l'atmosphère.
Des concerts sont organisés en soirée.
Des grands blacks viennent souvent taper la discut'.
Très amicaux, mais la plante magique arrive rapidement dans la conversation.
Bref, lieu idéal pour passer une petite heure en toute décontraction.

En sortant*, vous tomberez sur la Ice Factory.
Faisant partie de nombreux endroits abandonnés après la chute du mur, son décor chaotique vaut le coup d'oeil.
Prendre une bière sur le toit avec le coucher de soleil est un régal.
Pour finir**, à une centaine de mètres, vous apercevrez le plus grand squat de Berlin.
Ouvert au public, un petit détour s'impose pour découvrir ce mode de vie alternatif.
On se demande comment les installations tiennent encore debout.
Le mobilier et le décor sont entièrement faits de matériau de récup'.
La façade arbore un revêtement de graffitis absolument bluffant.
Si vous avez encore un peu de ressources, retournez vers Warschauer str.
En contrebas, vous avez l'occasion de déambuler dans le "Raw"***.
Dans ce quartier entièrement taggué, le dépaysement est total.
4 boites de nuit y font régner la fête le soir venu.
En journée, des terrasses et marchés occupent ces larges avenues défraîchies.

Si la faim se fait sentir, vous n'êtes qu'à une station de métro d'un des meilleurs burgers de la ville.
Arrêt Schelsiches Tor pour le Burgermeister.
Ne vous laissez pas décourager par la queue mais l'attente peut excéder les 30 minutes à l'heure de pointe.
Pour commencer la soirée tranquillement, vous n'êtes pas loin du bar loufoque le Madame Claude.
Parfait pour siroter quelques verres dans ce décor hors du commun où tout est à l'envers.
Évidemment, je ne peux terminer ce guide sans vous conseiller un club où passer la nuit.
Au choix, selon les goûts.
Berghain pour les plus courageux, Tresor pour la violence sonore, Kit Kat pour l'expérience ou Kater Holzig pour le décor.
Rendez-vous le lendemain matin pour une deuxième journée de découverte.


*Continuez sur la même route et tournez à gauche, marchez une centaine de mètres et tournez à droite après le pont. Vous verrez un grillage transpercé en contrebas.

**Prenez la rue à droite en sortant puis continuez tout droit et traversez la rue.

***En sortant du S-bahn ou du U-bahn, traverser le pont, vous verrez un escalier sur votre droite,  qui descend sur le raw.



Posté le mardi, mai 28, 2013 par Clément Schmitt

1 commentaire

vendredi 17 mai 2013

Kater Holzig, Kater holzig berlin, boite berlin, berlin la nuit











Ah le Kater.
Dans mon top 5.
Pour plusieurs raisons.
Mais déjà il faut rentrer.
L'exigence est de mise. Mon record de recalages après le Berghain.
En cause : la femme en charge de la sélection.
Perfide.
Astuce pour s'assurer une entrée en douceur : réserver un repas au restaurant.
Parce que oui, en plus d'être une des boîtes les plus réputées, vous pouvez même y manger avant d'y passer la nuit.
Mais pas seulement.
Spectacles et pièces de théâtre animent également cet endroit décidément versatile.
En cas de venue classique, évitez de débarquer trop tard.
Ils ne laissent tout simplement plus entrer personne s'il y a trop de monde à l'intérieur.
Dernier conseil, renseignez-vous sur le nom de la soirée et du DJ.
Une mauvaise réponse est éliminatoire.

Passé le contrôle, on découvre l'immense façade.
Berlin dans toute sa splendeur.
Une tête de chat éborgné et de multiples grafs en tous genres ont pris possession des murs.
La décrépitude de cette ancienne usine de savon lui confère une aura particulière.
Toujours à l'extérieur,  une petite cabane transpercée par les basses attire mon attention.
Ce chalet de 4 mètres sur 2 est surprenant.
Je déconseille aux clostros.
Entassés à 20 dans cette case exiguë, on se laisse porter par les fluctuations du groupe compact et suintant.
Au milieu d'une fumée épaisse, les courageux barmen distribuent sucettes et shoots à qui ouvrira la bouche.
Très drôle pour ouvrir ou terminer la soirée mais on n'y reste pas des heures.
Passée cette attraction, on s'enfonce dans les dédales du club.
Le décor est incroyable, au moins quatre salles différentes, plusieurs étages.
Le rendu sonore est très bon sans être assourdissant, on se balade avec plaisir.
C'est le genre de club où est content d'aller et qui assure excellent Dj et lieu hors du commun.
Surtout si on n'est pas d'humeur à affronter la violence et le côté glauque des clubs comme le Tresor et le Berghain.
Les coins de repos y sont aussi pour quelque chose.
On escalade, on rampe.
On dégotte un petit point de vue surélevé.
Parfait le temps d'un break pour observer la foule électrique.
A l'instar de boîtes comme le Wilde Renate, le son est plus dansant, la discussion est possible.
On peut se poser, changer d'ambiance selon les salles.
C'est aussi un bon compromis pour ramener des potes en visite, pas féru d'électro/techno.
Quand le jour se lève, on apprécie la ronde conviviale autour d'un feu improvisé dans un baril.
Moment signifiant souvent une fin de soirée qui s'achève en douceur.





Kater Holzig
Michaelkirchstr. 23
Arrêt Ostbahnof ou Heinrich-Heine-Straße (U8)

Posté le vendredi, mai 17, 2013 par Clément Schmitt

4 commentaires

mercredi 8 mai 2013



Vie Berlin, voyage berlin, guide berlin, berlin pas cher, vivre à berlin














De jour comme de nuit, Berlin est unique.
C'est une atmosphère plutôt indescriptible.
C'est un état d'esprit, une manière de vivre, une mentalité, une liberté.
Un sentiment de bien-être général.
Ce sont ces petits détails qui font la différence.
Se trimbaler avec une bière à la main un peu partout.
Rentrer dans les petites épiceries mutli-services ouvertes de jour comme de nuit.
Acheter des cigarettes au même prix quel que soit l'endroit : épiceries, bars, boîtes, stations-service...
Berlin regroupe tous les avantages d'une capitale sans les inconvénients.
C'est une ville où ne vous sentez ni jugé ni observé.
Pas de stress, de bousculade, d'étouffement comme on peut le sentir à Paris.
Pas de tensions ni de bastons. Je vous mets au défi de trouver une embrouille.
Berlin est immunisé.
Fini les branleurs qui te les cassent et les merdeux provocateurs.
Comme si un halo entourait la ville. Protecteur des cons et de la violence.
Pas de crainte en rentrant à 5h seul et éméché dans la rue.
Je ne vous encouragerais pas à laisser votre bien-aimée gambader dans la rue à n'importe quelle heure.
Mais presque.

Berlin c'est aussi visites, parcs et Histoire.
C'est une capitale qui regorge de découvertes.
Doté d'un patrimoine culturel et historique sans égal, les fanas de galeries et musées seront gâtés.
Une foule de restaurants où on mange très bien pour une dépense inférieure à 10€.
Une ville immense, bien plus grande que Paris.
Des quartiers bien distincts. Chacun une particularité, une ambiance singulière.
Pas de vrai centre donc mais plein de petites villes imbriquées qui créent ce cosmopolitisme étonnant.
On part du quartier gay, pour traverser le quartier riche, continuer sur le quartier turc pour s'arrêter dans le quartier punk.
Ces déplacements, on les doit aux transports en commun qui sont aussi chers* que pratiques.
Le week-end, U-bahn S-bahn, trams et bus tournent 24H/24.
Du vendredi au dimanche soir.
Un confort non négligeable pour les retours de soirées à l'autre bout de la ville.
Si vous vous perdez, peu de chances de ne pas croiser des jeunes qui vous remettront sur le droit chemin.
En cas de désorientation prononcée, les taxis sont toujours en nombre et plutôt bon marché.

Enfin, difficile de dresser le portrait de Berlin sans évoquer la vie nocturne.
La capitale de la fête en Europe qui compte plus de 200 boîtes de nuit.
Vous pouvez donc changer de lieu à votre guise tous les week-ends si vous le souhaitez.
Difficile de voir la fermeture particulièrement si on a fait l'ouverture.
Un capital sommeil parfois proche du néant.
L'amplitude horaire et la cadence des soirées requièrent une solidité physique particulièrement exigeante.
Il ne faut donc pas hésiter à se mettre des barrières.
Sinon, on peut vite tomber dans une spirale de fête sans limite qui peut se révéler nocive sur le long terme.
Surtout avec des consommations au prix dérisoire en boîte.
Surtout avec la circulation et l'accès facile aux drogues de toutes sortes.
Surtout parce que vous aurez toujours des soirées à disposition du Lundi au Dimanche.
Vous l'aurez compris, Berlin c'est une ville en mouvement, agitée et surprenante.
C'est une ville drôle et tolérante.
C'est une ville où l'ennui n'existe pas.
C'est une ville où l'on veut vivre.
Longtemps.


*2,40€ le ticket, 70€/mois



Posté le mercredi, mai 08, 2013 par Clément Schmitt

17 commentaires